Type 1

Le type 1 est le modèle le plus construit parmi les 4 premiers. En 1895, c’est l’une des rares automobiles entièrement conçue et construite par la même entreprise.

Type 2

Le type 2 est identique au type 1 dont il ne se distingue que par l’augmentation de la cylindrée et vitesse max de 36 km/h.

Type 3

Le type 3 est identique au types 1 et 2 avec une augmentation de la cylindrée à 4640cm3 (vitesse max 45 km/h) et innove avec un châssis tubulaire droit. Les quatre roues sont désormais de diamètre égal.

Type 4 (ou Type 0)

Le type 0 (ou type 4 dans la chronologie) est un nouveau modèle à succès, voiture légère susceptible de se vendre au plus grand nombre grâce à un prix plus “populaire”.

Type course Paris Berlin

Premier modèle dédié à la compétition mais fait suite à de nombreuses participations avec des voitures de série. Elle s’est classée première lors de la prestigieuse course de vitesse Strasbourg-Colmar-Strasbourg, le 15 juin 1901 avec Amédé Varlet, directeur technique, comme pilote. Ce biplace préfigure les premiers essais de profilage.
Le moteur Titan Delahaye, très robuste et fiable, et ses nombreuses versions équipera de nombreux modèle, jusqu’au type 28 en 1910.

Type 0A (ou 5 dans la chronologie)

Exposé au salon automobile du Grand Palais de 1901, c’est une grande nouveauté avec son moteur monocylindrique placé à l’avant droit (0A A pour avant), toujours concue par Delahaye, à la différence du nombre croissant des assembleurs, semblables aux concurrentes les plus avancées (De Dion Bouton). La marque sort de sa période archaïque avec ce nouveau modèle léger pour le plus grand nombre.

Type 6

Identique que type 2 mais avec le moteur à l’avant (Titan à deux cylindres horizontaux) et conçu à des fins utilitaires seulement avec des roues à bandage de fer.

Type 7

Version en deux cylindres avec capot Védrine du type 0A.

Type 8

Version à moteur avant du type 3.

Type 9

Carrosserie semblable au type 7, ces châssis, comme le type 8 sont en fin de carrière, par exemple devant le type OA.

Type 11

Comme le type 10, apparu au salon 1902, le type 11 marque étape capitale avec le premier quatre cylindres dont la robustesse et les évolutions seront associées à de nombreux modèles à venir. Ce modèle inaugure les véhicules à 4 vitesses à chaîne.

Type course Paris-Vienne

“Très remarquées, les voitures torpilleurs Delahaye dans laquelle les conducteurs (Emile Varlet entre autres) disparaissent à l’intérieur du véhicule, les têtes seules étant visibles; l’effet est heureux” (L’auto-Vélo juin 1902).

Type 10

Présenté au salon de 1902, le Type 10 représente un changement important et réussi de l’architecture des voitures Delahaye; il constitue à ce titre, un jalon important dans le développement de l’entreprise.

Type 13

Le type 13 est la variante “grosse voiture” du type 11 (classé voiture légère), allongé et renforcé. Le châssis de mêmes caractéristiques est plus important en dimensions et chaussé de pneus plus gros.

Type 15

Le type 15 (12/14 cv) est probablement un hybride du type 11 (châssis) et du type 10 (moteur deux cylindres).

Type 16

Modèle identique au type 11 mais avec alésage réduit.

Type 17

Modèle identique au type 13, souvent employé comme utilitaire (comme le type 15). Delahaye est un des premiers à mettre au point des véhicules dans un but utilitaire.

Type 21

Plus gros modèle produit par la marque, il remplace le type 13 dans la catégorie grosse voiture. Delahaye réalise une innovation majeure pour l’industrie avec les soupapes latérales commandées par deux arbres à cames latéraux, selon la configuration en T.

Type 22

Ce modèle apporte à nouveau une innovation majeure avec les soupapes latérales du même côté commandées par un arbre à came unique (culasse en L).

Type 24

Il devait remplacer le type 10 en version 4 cylindres, mais il est a été retiré du catalogue très rapidement.

Type 25

Proposé en châssis long et extra long avec un grand nombre de carrosseries et d’options.

Type 26

Comme tous les modèles depuis le type 20, il clos la série présentée au Salon de Paris 1904. C’est la version “grosse voiture” du type 21 (voiture légère).

Type 27 / 27B

Très puissant, modèle de prestige de la marque à la carrière exceptionnellement longue. Son grand radiateur plat frontal identifie désormais toutes les Delahaye.

Type 28

Le type 28 remplace le type 10 dans la catégorie des petites voitures et intègre d’importantes améliorations sur le plan du freinage et de la transmission avec les trois pédales qui ont leurs fonctions actuelles.

Type 32

Très robuste, proposé en de nombreuses variantes, à châssis normal ou long, à boîte 3 ou 4 vitesses, le modèle sert de base à de nombreuses créations ultérieures ainsi qu’à des séries d’utilitaires employés intensivement par les Postes et les messageries jusque dans les années 40.

Type 32 LC

Evolution du type 32 proposé en 1912 pour recaler la gamme après l’apparition du petit 4 cylindres type 47 de 1912.

Type 34

C’est la nouveauté du salon 1907 pour la marque, pour aussi maintenir sa présence dans le créneau des modèles économiques ou entrée de gamme (8/10cv).

Type 37

A partir de 1907, le type 37 (9/11cv) complète la gamme entre le type 34 (8/10cv) et le type 32 (12/16cv) dont il hérite de ses principales caractéristiques.

Type 38

Le type 38, haut de gamme, est une amplification des efforts techniques et des développements réussis du type 32. C’est le premier châssis équipé du carénage inférieur intégral (jusqu’à l’arrière de la boîte), généralisé ensuite sur tous les modèles.

Type 39

Aussi présenté au salon de 1907, deuxième plus grosse cylindrée de la marque après le type 27, c’est une amplification du type 22 destiné à recevoir des carrosseries importantes et spacieuses.

Type 41

Présenté au salon 1909, ce modèle dédouble le type 38 en remplaçant le type 21, en gardant une transmission par chaîne pour la clientèle réfractaire à la transmission par cardans encore fragiles.

Type 43

Présenté au salon 1911, ce beau modèle 3 litres comble un trou dans la marque commerciale entre les types 12/16 cv (types 32) et les types 20/30 cv (type 38 et 41).

Type 44

Le type 44 est un modèle hors du commun avec le premier 6 cylindres de la marque, breveté, qui comporte de nombreuses innovations.

Type 47

Le type 47 se distingue par les améliorations notables de la motorisation pour le segment important des véhicules de milieu de gamme et remplacer progressivement le type 32.

Type 48

Le type 48 lancé avant le type 47 (en 1910) est le nouveau véhicule léger bicylindres “voiture de ville” de la gamme pour remplacer le type 28 (1905) qui remplaçait lui même le type 10.

Type 58

Présenté au salon 1912, le type 58 remplace le type 38 avec le plus gros monobloc construit à cette date par Delahaye, avec une cylindrée de 4 litres.

Type 64

Dernier modèle avant la guerre, le type 64 se positionne comme une continuité du type 32LC sur le marché de la voiture moyenne avec d’importantes avancées techniques. Il inaugure aussi la nouvelle calandre en forme arrondie avec en son centre le sigle de la marque en laiton découpé.

Type 64 N

Reprise du modèle 64 d’avant guerre avec une nouvelle suspension.

Type 82

Présentée au salon de Paris de 1919, il s’agit du premier six cylindres en ligne de la marque. Des freins avant sont proposés en option.

Type 84

Exposé au salon de Bruxelles en 1920, ce quatre cylindres représente parfaitement le savoir-faire de la marque pour compléter le type 64N vers le haut de gamme.

Type 84 N

Le type 84 N (Nouveau) innove avec un embrayage à disque unique et les freins avant.

Type 87

“La 10 cv de la marque”: conçue comme une petite cylindrée pour un usage utilitaire de l’automobile au quotidien d’une clientèle exigeante, ce modèle est une réussite commerciale sur un créneau encombré grâce à un mélange d’avancées techniques et de solutions éprouvées. Pour la première fois, la direction est passée à gauche.

Type 92

Présentée au salon de Paris en 1924, elle succède au type 94 et type 97 présentées en 1923. Elle innove avec son moteur quatre cylindres à soupapes en tête. Elle permet de compléter la gamme entre la simple et jolie type 87 et son dérivé le type 97 et le type 94 de trois litres.

Type 94

Présentée en 1923, la nouvelle 15 cv 3 litres (puissance réelle 52 ch) est un modèle très modernisé luxueux dans un contexte de relance économique.

Type 97

Présentée en 1923, le type 97, quoique de cylindrée modeste est un cas unique et remarquable dans toute la production de tourisme de Delahaye avec son moteur à un arbre à cames en tête.

Type 102 12 CV Sport

Modèle élitiste qui préfigure l’intérêt de Delahaye pour la compétition. Les châssis sont habillés avec recherche, par exemple par le carrossier Lavocat et Marsaud, spécialiste des caisses sportives. Le modèle contribue largement au prestige de la marque.

Type 102 M sport

Evolution de la 102 12 ch sport, “élitiste et confidentiel, l’enfant chéri de la gamme réservé aux connaisseurs”. Le modèle est adapté aux solutions Chenard et Walker, résultat de “l’entente” de 1927.

Type 105

Pour deux années, elle succède brièvement au type 107 M sur le segment des 10 cv, fruit de l’entente avec cette marque, c’est en fait une Chenard et Walker F1M, peu diffusée en tourisme, elle est surtout vendue pour des utilisations commerciales parallèlement au type 104.

Type 107

Le type 107 apparaît sous forme de prototype en 1925 alors que les types 87 et 97 qu’il doit remplacer sur le segment des 10 ch sont encore en pleine production. Témoin de l’importance de ce marché, il est développé avec des efforts particuliers, une série d’essais dans les Alpes et une présérie de châssis (N° 26669 à 26681). En cours de production, le type 107 reçoit un nouveau et performant système de freinage “maison” .

Type 107 M

Largement diffusée avec 2605 exemplaires, comme la 102 M, la 107 M est une nouvelle version du type 107 suite aux accords avec Chenard et Walker et la nécessité d’harmoniser les gammes respectives. Elle représente le passage vers une production en série.

Type 108

Cette six cylindres est produite en trois séries successives (200 exemplaires en 1928-1929 et 875 exemplaires en 1929-1931, puis 150 exemplaires en 1931-1933 pour le type 108N). Présentée au salon de 1928, elle concurrence la C6 de Citroën. Elle est co développée et co produite avec Chenard et Walker qui la commercialise avec l’appellation T8.

Type 109

La type 109 est un petit 7 cv (27 ch puissance réelle) économique, fiable et robuste. Largement diffusé, de conception entièrement Chenard et Walker qui en assure également toute la fabrication. Fruit de l’Entente entre les deux marques, il est commercialisé par les deux marques (Chenard le distribue sous l’appellation Y9).

Type 110

Le type 110 (12 cv, puissance réelle 45ch) est présentée au salon 1930 avec de nombreuses carrosseries et configurations. C’est une amplification du type 109 qui marque la fin des accords avec Chenard et Walker.

Type 112

De conception purement Delahaye, ce 16 cv 6 cylindres apparaît en 1927 au moment des accords avec Chenard et Walker dont il reflète à la fois les ambitions et les ambivalences. C’est un modèle haut de gamme équipées de nombreuses carrosseries spéciales, y compris pour les sapeurs pompiers (E.V. electro-ventilateur) et les ambulances rapides et confortables. La calandre est équipée de la tête de gaulois vantant “les qualités de la race”.

Type 122

En 1932, le type 122 (10 cv) remplace le type 109 dans l’optique de répondre au marché des voitures de petite cylindrée après la fin de l’entente avec Chenard et Walker. C’est une dérivée réduite du type 124 apparue en 1931 aussi bien en ce qui concerne le moteur que le châssis.

Type 123

Produit en 1932 et 1933, le type 123 (10ch) est un modèle principalement destiné à des applications utilitaires mais qui est également proposé en version tourisme.

Type 124 – normal et court

Apparu au salon 1931, le type 124 normal et le type 124 court inaugurent le nouveau quatre cylindres moderne (12 ch) de la marque qui sera largement utilisé par Delahaye ainsi que par d’autres constructeurs.

Type 126

Cette six cylindres est une automobile de grand tourisme haut de gamme, elle peut atteindre 100 km/h en moins de 100m ainsi qu’une vitesse maximale de 125 km/h. Ce modèle inaugure de nombreuses nouveautés sur le châssis et le moteur; il représente une transition majeure vers le nouveau positionnement élitiste de la marque, certains modèle étant carrossés par Labourdette participent avec succès aux concours d’élégance en vogue.

Type 132

Petite production entre mai 1934 et juillet 1936 de 109 exemplaires, le type 132 10 cv (34 ch à 3500 tr/mn) complète les importants modèles super luxe 18 cv (type 138) et 12 cv (type 134) lancées au printemps 1934 équipée de nouvelle calandre et de carrosseries aérodynamiques. Le type 132 maintient la marque sur le créneau des 10 cv pour ses inconditionnels en se démarquant par le haut vis-à-vis de ses très nombreux concurrents, Citroën, Renault, Mathis, Chenard et Peugeot de la classe 8/10 cv.

Type 134 Super luxe 12 cv

Du salon 1933 à 1946, le type 134 est la “petite soeur”, l’exacte reproduction mécanique en quatre cylindres du type 138 (18 cv) apparu au même salon. La famille des types 134 est constituée de plusieurs modèles, châssis et moteurs 12cv et 14 cv, dont le premier est ce type 134 Super-luxe produit entre 1933 et 1936 à 910 exemplaires (utilitaires compris). Ce modèle contribue à repositionner Delahaye sur son coeur de marché et sa clientèle attachée à la robustesse, la fiabilité et la performance.

Type 134 N (12 cv) normal

Le type 134 N est produit à 340 exemplaires entre 1936 et 1938, puis à 100 exemplaires entre 1945 et 1946. Le type 134 N, version quatre cylindres de l’illustre type 135, est produit en version “type 134 N Normal” et en version “type 134 N Long” héritée du type 154. A l’ombre de l’illustre 135, le modèle qui donne lieu à de nombreuses interprétation de carrossier,est apprécié grâce aux roues avant indépendantes et au châssis rigide. La direction repasse à droite. La boite Cotal est proposée en option.

Type 134 G

Le type 134 G apparaît au salon 1938. C’est la version 14 cv fiscaux (puissance réelle 59 ch) du 134 N du fait de l’augmentation de la cylindrée par adoption de l’alésage de 84 mm comme sur les six cylindres. Comme la 134 N, la 134 G existe en châssis normal et long.

Type 138 super luxe

La crise qui a frappé l’industrie automobile française en 1932 a déclenché une révolution culturelle et des innovations (la Traction Citroën) d’où sortent des autos populaires plus économiques et des voitures de luxe plus performantes, comme le type 57 Bugatti et le type 150 Talbot, de grandes routières compétitives. Le six cylindres type 138 18 cv Super Luxe complète le quatre cylindres type 134 12 cv Super Luxe apparu au même salon. Le type 138 se présente très avantageusement dans ce contexte avec des performances et une vocation sportive assumée (la “voiture du record”) . Le Super Luxe 138 est bientôt complété par le Super Luxe “Sport” qui précède et prépare l’avènement du merveilleux type 135. Cette automobile incarne donc un tournant majeur dans l’histoire de Delahaye vers le luxe et la compétition.

Type 138 “Sport” super luxe première et deuxième série

Encouragé par les performances du 138 Super Luxe, début 1934, le service compétition de la marque prépare des voitures pour des épreuves routières sous le pilotage des époux Schell et du pilote maison Albert Perrot. La voiture remporte notamment la Coupe des Alpes qui préfigure l’appellation des futures 135 sportives.
C’est également sur ce modèle qu’est développé “la voiture des records” carrossée par Figoni et Falaschi. Le profilage permet d’atteindre 193 km/h sur l’anneau de Montlhéry. Pilotée par Armand Girod, Albert Dhôme et Albert Perrot, la voiture bat quatre records du monde et onze records internationaux du 8 au 10 mai 1934, soit 10 000 km à 168,527 km/h de moyenne. Abondamment relayée par la presse et la publicité, la voiture étant également exposée au salon de Paris 1934, l’écho de cette performance est considérable et positionne durablement Delahaye comme une marque sportive.

Type 143

Le type 143, 10 cv, est un modèle de transition qui résulte du montage de la plus grande caisse tourisme sur un châssis d’utilitaire. Il n’est produit qu’à 24 exemplaires pendant l’année 1934. C’est un modèle hybride pour des utilisations d’une clientèle très conservatrice intéressée par le concept “grand volume et petit moteur”.

Type 144

Le type 144, 12 cv, est la copie du type 143, renforcé par un moteur un peu plus puissant de 45 ch pour tracter un ensemble imposant. Il n’est également produit que pendant l’année 1934, à 60 exemplaires.

Type 145

Développée pour la compétition internationale et les records, le 12 cylindres type 145 apparaît en 1937. Il sera exploité par la légendaire Écurie Bleue des époux Schell accompagnée par le service compétition de la marque pour la maintenance et les réglages . Ce modèle permettra notamment de gagner le défi du “Million”, 200 kms contre la montre avec une moyenne de 146 km/h sur la piste de Montlhéry, en devançant Bugatti.

Type 148

Pour succéder au modèle 138 et coiffer avec un grand “véhicule statutaire” la gamme 135 qui s’étoffe, le type 148 est présenté en 1936 sous la forme d’imposantes conduites intérieures, d’empattement 3,35m. C’est sur ce modèle, et compte tenu de son poids imposant pouvant atteindre 1800 kgs, que les freins hydrauliques sont proposés pour la première fois par la marque à la place des freins à commande par câbles.

Type 148 L

Bien que moins flamboyant que le type 135, le type 148 L (pour “léger”) est un grand classique de “l’âge d’or” Delahaye. Il apparaît au salon 1937 pour combler l’écart entre l’imposant type 148 et le type 135 à vocation plus sportive. Le type 148 L est produit jusqu’à l’interruption de la production des véhicules de tourisme en 1953. C’est un modèle haut de gamme de grand tourisme aux performances élevées (140 km/h).

Type 154

Le type 154 dit “Long”, 12 cv, est la copie du type 144, renforcé par un moteur légèrement plus puissant, lui permettant de passer de 105 à 110 km/h max. Apparu au salon 1934, il n’est produit qu’à 34 exemplaires pour répondre à une demande particulière de grands véhicules faiblement motorisés.

Type 155

Héritière du douze cylindre type 145, le type 155 est une monoplace course douze cylindres. Fabriquée en 1938 à un exemplaire, son développement a été interrompu en 1939. Sa dernière apparition est au Grand Prix du Comminges en 1948.

Type 165

Apparu au salon de 1938, le type 165 (26cv) est un douze cylindres directement hérité du modèle course type 145 (la voiture du “Million”). Très exceptionnelle, elle représente à certains égards le point culminant de la marque, tant par les performances sportives que par les carrosseries légendaires dont elle a héritée, elle n’est produite qu’à 4 ou 5 exemplaires; les évènements mondiaux empêcheront tout développement.

Type 168

Ce modèle hybride résulte d’accord de compensation passé avec Renault dans le cadre de la question sensible des marchés de véhicule d’incendie. Il s’agit d’un châssis type 148 L six cylindres sur lequel est monté une caisse Renault Vivasport.

Type 171

Le type 171 est un petit véhicule utilitaire tous terrains produit entre 1949 et 1954. Le véhicule est particulièrement destiné aux colonies et à l’exportation (Brésil, Égypte, etc). Très abouti et robuste, le type 171 est décliné en de nombreuses versions dont certaines s’illustrent dans les grands rallyes, comme les rallyes Méditerranée – Le Cap, aux côtés de V.L.R. et d’un coach 235, ou lors d’expédition au Tibet en 1954-1955.

Type 20

Deux cylindres, ce petit modèle (8/10cv) apporte des innovations majeures, transmission à cardan à l’essieu moteur et châssis restreint à l’avant pour améliorer le braquage.

modeles tourisme type 32

Type 32

Delahaye Type 32 Coupé chauffeur 1909 Torpédo 32 L 1912 Conduite intérieure type 32 L 1913 Double phaéton 1913  
modèle tourisme type 87

Type 87

Moteur : 4 cylindres verticaux, cylindrée : 1843cc, 1 carburateur, puissance : 80 ch DIN, années de construction : 1921-1926