Présenté au salon de Paris 1902, conception d’Amédé Varlet Directeur technique (qui remplace les conceptions initiales d’E. Delahaye) recruté avec Charles Weffenbach (directeur des usines) après le rachat en 1898 par les nouveaux propriétaires de la marque, Emile Desmarais et Georges Morane. 

Le moteur, toujours un Titan Delahaye bicylindre, devient vertical avec les soupapes latérales. Entre autres nouveautés, le carburateur est nouveau avec un étrangleur à tiroir commandé par un régulateur centrifuge qui agit à la fois sur la masse de gaz admise et sur la richesse du mélange. ce système de régulation est neutralisé à la demande par une pédale au pied gauche, elle même limitée par un verrou placé sur la commande de direction. En conséquence, le régime peut être réduit pendant les arrêts, maintenu constant ou accéléré en marche normale. A puissance égale, la consommation est donc réduite. 

L’embrayage à cônes garni de cuir est aussi adopté (trois rapport avant et une marche arrière), une nouvelle dynamo à régime constant avec un disjoncteur automatique qui évite les retours de courant.

A partir de 1903, le refroidisseur à serpentin est placé au dessus du châssis de manière à présenter une surface frontale maximale servant de radiateur derrière lequel est monté un radiateur, le capot devient donc classique (horizontal).

Le type 10 (12cv) est produit à 250 exemplaires, cylindrée de 2194cm3, vitesse maximale de 50 à 60 km/h.

Il est proposé en trois chassis 

  • normal (empattement de 2,13m) tonneau quatre places, double phaéton, deux baignoires avant/arrière, spider avec capote, limousine quatre places, etc.
  • long – limousine six places, tonneau démontable, double phaéton entrée latérale, coupé ordinaire, coupé avec dais avant, landaulet dais avant etc…
  • extra long

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerPublier des commentaires