Delahaye est un des premiers à intégrer le moteur à cylindres coulés en un seul bloc avec les soupapes alignées d’un seul côté et commandées par un unique arbre à câme. Les soupapes sont interchangeables et poussoirs, tiges et ressorts de soupapes sont enfermés à l’abri de la poussière, protégés par une plaque démontable portant le nom de la marque.

Le carter central de pont, très large et renforcé, est réputé être un des plus robustes et des plus légers qui soient.

La boite est à trois rapports et marche arrière et en option une quatrième surmultipliée (avec troisième en prise permettant une marche silencieuse en ville).

La rigidité du châssis à cinq traverses est accrue grâce au montage “en bloc” du moteur dont les deux pattes arrières sont fixées rigidement au cadre; l’allure générale du châssis est modernisée est modernisée par avancement du radiateur au delà de l’essieu avant.

Plusieurs variantes de châssis en 1910, une version conduite intérieure sur châssis long et une version runabout pour voiture sportive avec augmentation de l’empattement puis en 1911 “racing phaéton” à empattement allongé à trois mètres puis en 1912, châssis relevé pour mauvaises routes dit “châssis colonial”.

La suspension “à crosses” réduit la longueur et le poids du cadre.

Produit de 1907 à 1913, ce modèle bien équilibré (12/16cv) permet de soutenir la politique d’exportation de Delahaye en Espagne (les modèles Delahaye sont très appréciés à la cour d’Espagne pour leur performances et fiabilité), en Belgique, Angleterre, Italie, Argentine et aux Etats-Unis, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerPublier des commentaires